Humans of EM - Les délégués de Première année

Février 2021 - Numéro 1

Julie Lucaora, Etienne Mercier,

ambre jayne et Marcel Assaba Seca


Etienne : Pour une première année d'école, qui est censée être une année pour laquelle on a beaucoup d'attentes, on vit un quotidien qui est assez mouvementé.


Julie : Une rentrée sur le thème du Covid, c'est assez compliqué, il y a des gens qui ne vont vraiment pas bien, l'intégration a été assez difficile. Depuis quelques temps, ça va un peu mieux grâce aux partiels en présentiel, et aux listes, parce que cela permet d'établir un contact entre les étudiants. Mais le Covid reste un sujet qui revient dans chaque question que l'on nous pose.


Etienne : Le Covid-19 nous a appris une flexibilité à grande échelle. Un étudiant qui prend un train pour venir à l'école, ou qui prend un appartement, ce sont pour nous des réalités très concrètes que l'on doit faire remonter à la direction.


« AVEC LES ETUDIANTS INTERNATIONAUX, C'EST BEAUCOUP PLUS DIFFICILE »

Marcel Assaba : Je pense que le Covid-19 a un peu alourdi notre tâche de délégués. Il n'y avait plus de contact en présentiel entre étudiants et administration, donc on a dû établir le lien de communication. Aussi, avec les étudiants internationaux c'est beaucoup plus difficile, certains n'ont pas pu quitter leur pays, d'autres se sont retrouvés totalement esseulés en France. Il fallait essayer de les rassurer, leur faire comprendre que cette situation n'est pas seulement du fait de l'école. Il fallait, en collaboration avec le BDI, essayer d'élaborer des événements virtuels pour leur donner des repères.


Ambre : Lorsqu'on reçoit des messages plutôt négatifs, c'est difficile de rester neutres et objectifs, de répondre en donnant de l'espoir aux étudiants. Mais l'école a pris des dispositions, en autorisant certains événements associatifs, en organisant des visites du campus, en mettant en place des mesures de soutien financier, et bien-sûr le wellness center est toujours à disposition des étudiants, à l'écoute du moindre problème.


Etienne : Le retour sur le campus est un sujet qui a été vécu très différemment par chaque étudiant, parce que beaucoup ne sont plus à Lyon. C'est une vraie préoccupation qu'on partage avec la Corpo et la direction, de faire en sorte que chaque étudiant se sente impliqué dans la vie de l'école, quand bien même il est loin de Lyon. Les retours sont positifs et je pense qu'on gagnerait à se retrouver plus nombreux sur le campus.

Marcel Assaba : La communication digitale étant priorisée, cette année nous a permis d'explorer d'autres options, et toutes ces stratégies que l'on met actuellement en place vont nous servir quand on retournera pleinement en présentiel.

« LES ETUDIANTS PEUVENT COMPTER SUR L'ECOLE, SUR NOUS »

Julie : Les retours sont positifs, les étudiants sont contents de retourner sur le campus, de se retrouver. Ce qui est assez rigolo, c'est qu'il y a beaucoup de gens qu'on a déjà vus sur zoom , donc même si l'on pense connaître moins de personnes, on se rend compte qu'on les connaît quand même de vue.


Ambre : Si j'avais un message à faire passer à la promo, ce serait qu'ils sachent qu'on sera toujours là pour les soutenir quelle que soit leur situation. Ils peuvent compter sur l'école, sur nous. Il y aura toujours une oreille à leur écoute et un soutien.


Julie : Oui, il ne faut pas qu'ils hésitent à nous envoyer des messages, on est là pour ça, qu'ils aient confiance en la direction parce qu'ils ont vraiment à coeur de faire au mieux. A chaque réunion, la direction nous demande comment vont les étudiants.


Marcel Assaba : Les plus belles années sont devant nous. C'est vrai que cette année a été particulièrement difficile, mais l'administration en est consciente, notamment pour les internationaux, et elle réfléchit à trouver les stratégies adéquates pour améliorer un tant soit peu la vie des étudiants.


Etienne : il ne faut pas que les étudiants hésitent à faire remonter des propositions concrètes s'ils en ont, l'école est vraiment à leur écoute et plus on est nombreux à s'investir, plus on sera membres d'une seule et même communauté d'étudiants autour d'une école, et c'est ça qui fera notre force.