Humans of EM - Nassir Goulamaly

Dernière mise à jour : mai 24

Mai 2021 - Numéro 5 - Interview d'un alumni du PGE (promo 93)


Nassir Goulamaly nous raconte le rôle qu’a joué notre belle école dans son parcours impressionnant


Je suis PDG d’Océinde, un groupe de 2000 personnes qui fait 3 métiers : les produits de la mer, la chimie du bâtiment et les télécommunications et médias.

Je fais partie de la promo 93 d'emlyon et j’ai ensuite fait un troisième cycle à Science Po en Finance de marché et d’entreprise. Quand j’étais à emlyon, j’étais au Ski Club et je fais partie des rares 3e années à avoir gagné une campagne BDE ! Pour la petite histoire, nous avions fait une « campagne sauvage », et nous avions finalement gagné, ce qui était assez peu pratique car nous ne pouvions pas être dans le bureau, puisque c'était notre dernière année à emlyon. Après cela, la corpo avait réorganisé les campagnes.

Emlyon m’a beaucoup appris, m’a permis de grandir et le fait d’avoir un diplôme reconnu internationalement m’a aussi permis de pouvoir faire énormément de choses.

« L'ECOLE M'A TOUT DONNE, C'EST UN TREMPLIN A SAVOIR UTILISER, QUI DONNE DE L'ELAN POUR LA SUITE, UNE BELLE PREMIERE ETAPE EN SOMME. »

Les piliers d'emlyon sont pour moi le dynamisme, l'entrepreneuriat, la forte capacité à accompagner les étudiants pour réaliser tous les projets qu'ils veulent réaliser, aussi bien associatifs, qu'entrepreneuriaux, que sociétaux, en leur donnant les outils nécessaires. Déjà à l'époque, c'était une école très ouverte sur tous ces sujets, mais aussi sur l'international. Tout cela donne un super bagage pour travailler dans une entreprise de haut niveau.

Quand je suis arrivé à emlyon, j'avais l'ambition d'un jour reprendre l'entreprise familiale et il me fallait donc un bagage technique et professionnel. Je savais donc pourquoi j'étais là et j'ai fait en sorte d'utiliser tous ces outils que l'école nous offre pour réussir.


Ensuite, avant de rejoindre Océinde, j'ai travaillé pendant 8/10 ans dans d'autres entreprises, notamment en Asie ou j'ai été Directeur financier de la branche indonésienne d'Alcatel, qui était à l'époque un grand groupe industriel français dans les télécoms.

Donc assez jeune, j'ai eu de grosses responsabilités internationales, et c'est aussi grâce à l'école.

Mes expériences professionnelles avant de prendre la tête d'Océinde m'ont permis de vraiment voir ce que c'est réellement une entreprise et comment actionner les différents leviers pour y réaliser mes projets, car c'est différent de les faire accepter par tes amis à l'école et par tes salariés. Il y a souvent des freins qui sont difficiles et qu'on ne comprend pas toujours. Les associations donnent un avant-goût avec la nécessité de démarcher, de monter des dossiers, mais cela reste quand même quelque chose que l'on découvre au fur et à mesure. On apprend tous les jours une fois qu'on est en entreprise.

Après, l'école donne aussi la possibilité d'avoir un réseau d'anciens qui est plutôt puissant, dynamique et intéressant, ce qui est primordial dans le monde des affaires. Il y a une communauté par clubs, par pays, et tout ça est notamment animé par l'ADEM (Association des Diplômés emlyon), dont l'objectif est d'aider les étudiants une fois qu'ils sont sortis de l'école à franchir les étapes dans leur vie professionnelle. Il y a aussi La Fondation emlyon qui accompagne les étudiants boursiers. Une fois sorti de l'école, on a donc d'autres possibilités de l'accompagner et de lui rendre ce qu'elle nous a donné. En tout cas, c'était mon objectif quand je suis devenu membre de l'ADEM. Je souhaitais accompagner les jeunes, leur transmettre des choses en donnant l'exemple de ce que j'ai fait et réussi tout au long de mon parcours. J'essaye également de faire cela en prenant beaucoup de stagiaires.

Si j'avais un conseil à donner, cela serait de profiter de cette belle période pour apprendre et de vous inspirer de tout ce que vous avez découvert à l'école dans votre vie professionnelle. Mais surtout de profiter un maximum de la vie !